Économie et Gestion

Découvrir la filière STMG

 

La place de l’écrit en PFEG à l’heure des TICE

27 / 04 / 2016
Article d’Alexandra Almimoff

Communication du mardi 15 mai 2012, séminaire national PFEG (Principes fondamentaux d’Economie-Gestion) des 14 et 15 mai 2012 organisé par l’inspection générale d’Economie-Gestion.

La place de l’écrit à l’heure des TICE
Pourquoi se poser la question de l’importance, voire de l’intérêt des écrits d’élèves dans un enseignement où l’usage des TICE est encouragé ? L’écrit ne serait-il pas une activité une peu vieillotte ? Dépassée dans un contexte de pédagogie basée sur l’utilisation d’outils technologiques ?

Pourtant, tous les scénarii proposés pour mener des séquences pédagogiques dans le cadre d’une « démarche de découverte » de l’enseignement d’exploration d’économie-gestion mettent en exergue la trace écrite laissée par les élèves dans leur cahier de travail... Le CERTA (Centre national de ressources pédagogiques pour l’usage des technologies avancées en Economie-Gestion) présente de nombreux scénarii avec cette apparente contradiction.

Le premier élément de réponse à cette question est que l’écrit numérique n’est pas en rupture avec l’écrit papier. Jacques Crinon le souligne bien dans son article « Lire à l’heure numérique » (revue Argos n°48 de juillet 2011, page 20) quand il évoque l’écriture numérique comme une « occasion pédagogique à saisir ». Faire produire un écrit numérique (avec tous les codes usuels de ce type d’écrit : hypertextes, illustrations, animations.) permet aux élèves de ne pas se perdre dans leurs recherches sur internet dont on connaît l’importance au cours de leur scolarité ultérieure et des études supérieures. Ecrit et numérique ne sont pas antinomiques. Il y a un fort intérêt au travail de l’écrit numérique car les écrits de savoirs migrent de plus en plus vers le support numérique. Se poser la question de la trace écrite laissée par les élèves a donc toute sa place dans un enseignement où la place des TICE est importante, où des enseignants, par exemple, mettent en place des blogs comme fil conducteur de la production des élèves.

Le second élément de réponse est autant valable pour l’enseignement d’exploration d’Economie-Gestion que pour n’importe quel autre enseignement. Toutefois le contexte pédagogique et didactique de la « démarche de découverte » demande que le professeur en charge des PFEG conscientise sa pratique. Le fait que ce ne soit pas un enseignement certificatif peut faire oublier l’importance de la trace écrite des élèves. puisqu’ « il n’y a rien à réviser » pour une évaluation finale, comme pourraient le dire bien des élèves, et professeurs.

Pourquoi l’importance de la trace écrite en PFEG ?
Les compétences de maîtrise de la langue sont toujours présentes dans l’enseignement. Par exemple, un des scénarii (scénario « Quels sont les enjeux de l’économie numérique ? » :
http://www.reseaucerta.org/cotecours/pub.php?num=580 ) proposé par le CERTA demande aux élèves d’être capables de :

  • restituer par écrit des informations (c’est-à-dire reformuler sans recopier) ;
  • prendre des notes (ce qui correspond à formuler par écrit une compréhension orale) ;
  • structurer une note écrite (c’est-à-dire argumenter, organiser une rédaction) ;
  •  synthétiser un propos (par des écrits courts).

Les exemples ci-après reprennent, en détaillant, les caractéristiques des compétences liées à l’usage de l’écrit.

1. Le poids et la difficulté de la prise de notes en classe de seconde

La prise de notes est une capacité nécessaire pour toute trace écrite lors d’une situation de cours dite de « découverte dialoguée » : le professeur anime la séance de cours, pose des questions ; les élèves répondent ; le professeur reformule ; les élèves notent. Mais la note n’est souvent pas celle espérée par l’enseignent, quand elle existe.

Il ne faut pas oublier que la prise de notes n’est pas considérée comme une compétence acquise à l’entrée en seconde. C’est aux professeurs de seconde de la travailler avec leurs élèves.

La prise de notes nécessite des compétences multiples. Les élèves doivent : écouter ; comprendre ce qui est dit ; formuler une phrase (ou un élément de phrase) ; écrire (graphiquement). Le tout en même temps ! Or cela est difficile pour les élèves de seconde. Ils n’ont pas tous automatisé ces tâches. Le professeur doit prendre en considération ce fait pour espérer faire réussir la prise de notes à ses élèves.

Une solution pédagogique réside en la « prise de notes assistée ». Il est indispensable d’éviter la dictée, peu formatrice, pour entraîner les élèves à cette compétence nécessaire dans la scolarité lycéenne et la vie estudiantine. Concrètement, il s’agit de répéter, reformuler, changer exprès quelques mots... Mais s’évertuer à ne pas dicter tout en veillant à ce que les élèves aient bien tous eu le temps de formuler par écrit. En amont, le professeur doit se contenter de préparer les attendus de la réponse à la question posée par une simple liste de mots-clés. S’il ne prépare pas une phrase de réponse, il n’aura pas tendance à la dicter mais se concentrera sur le seul propos qu’il appartient à l’élève de formuler sur son cahier de travail.

Travailler la prise de notes nécessite de prévoir du temps dans le déroulement des séances de cours. Ce temps passé est un investissement pour l’avenir scolaire des élèves. Avenir proche également, dans le sens où le professeur de seconde pourra réduire le temps laissé aux élèves pour la prise de notes au fur et à mesure de l’année.

2. Banaliser l’écrit en l’utilisant comme un outil de travail
Ce second point souligne l’importance du brouillon, particulièrement dans le cadre d’une pédagogie « de découverte » des notions et concepts d’économie et de gestion. Banaliser l’écrit en l’utilisant comme un outil de travail a pour but que les élèves considèrent l’écrit comme autre chose d’un "support à sanction", synonyme d’évaluation ratée !

Concrètement, le professeur pourra faciliter le brouillon pour éviter qu’il ne se résume à une feuille blanche ou un peu griffonnée pour « faire plaisir au prof ». Le brouillon peut être encadré par une sorte de guide de prise de notes composé de questions reprenant chronologiquement les informations données dans un document, ou de points-clés pré-mentionnés sur une feuille de brouillon à intégrer au cahier de travail.

En faisant utiliser l’écrit comme un outil de travail, cela permet à l’élève de développer une autre relation à l’écrit. Une relation où l’écrit n’est pas un vecteur de communication pour les autres, mais bien au contraire une aide pour soi-même.

Le brouillon n’est pas qu’une version d’un écrit "avant de mettre au propre". Il faut bien comprendre que l’intérêt du travail sur brouillon chez les élèves est qu’il est un intermédiaire réflexif. L’écrit permet à l’élève de formaliser ses observations, premières phases d’une « démarche de découverte » en PFEG. Par exemple, dans un scénario produit par le Réseau CERTA (scénario « A quoi sert une banque ? » : http://www.reseaucerta.org/cotecours/pub.php?num=572 ). les élèves doivent exprimer ce qu’ils comprennent d’un corpus iconographique.

Dans ce contexte d’écrit, certains élèves décrivent, mais certains aussi analysent comme le montre l’exemple suivant.

 

L’écrit, dans ce type de travail, permet de construire la pensée. Ceci est particulièrement utile dans les phases de « découverte » de la pédagogie d’un enseignement d’exploration, particulièrement en PFEG où la démarche technologique d’observation et d’analyse prime.

A cette fin, il est possible d’accentuer le travail sur les écrits réflexifs en faisant utiliser des « cahiers de travail » à la manière des carnets de laboratoire des scientifiques où sont consignées toutes les traces des protocoles d’expérimentation. De la même manière, il est possible de faire réfléchir les élèves sur leur propre apprentissage à l’aide de « carnets d’apprentissage », sorte de journal intime de la construction des savoirs. Toutes ces formes d’écrit constituent des écrits pour soi et permettent aux élèves de se réapproprier leur écriture tout en la démystifiant.

3. De l’écriture pour soi à l’écrit de synthèse
L’écrit est un excellent vecteur de fixation des savoirs. Il permet la formalisation des apprentissages par l’explication de ce qui est compris. L’écrit est un outil : un outil pour penser.
Par exemple, toujours dans le scénario précédemment cité sur le thème de la banque, les élèves devaient expliquer le rôle économique d’une banque après observation de personnages de romans (ce scénario était une action pédagogique transversale Français / PFEG. Les élèves étudiaient en œuvre complète L’Argent de Zola). La lecture de l’écrit suivant montre que l’élève a utilisé son texte pour formaliser un apprentissage : il explique le rôle des banques. Ainsi il synthétise toutes les « découvertes » d’informations nouvelles qu’il a pu faire en lisant les documents ressources. 

Autre style d’écrit comme outil pour penser : le schéma de synthèse, commenté et légendé. Celui de l’exemple suivant montre bien que le schéma peut être un bon exercice sur les références d’implication, de causes / conséquences, si chères au raisonnement économique. Le contexte pédagogique était une séance « dialoguée » où le professeur suivait le fil conducteur de la pensée des élèves puisqu’il répondait par une simple explication orale à la question spontanée de son groupe d’élèves : « comment s’est déclenchée la crise grecque ? ». Il a demandé ensuite à ses élèves de schématiser tout ce qui avait été dit, dans l’espoir de garder une trace écrite sur le cahier-élève. Il n’a pas été déçu !
Les élèves peuvent utiliser l’écrit pour synthétiser leur compréhension individuellement, il est également intéressant pour un professeur de faire travailler tout son groupe classe sur un écrit commun pour obtenir une conceptualisation partagée de savoirs découverts. L’écrit collectif appuie sur le même
ressort cognitif que l’écrit individuel et bénéficie également de l’effet de mutualisation. Beaucoup de situations d’écrit collectif se présentent lors d’une pédagogie de « démarche de découverte ».

L’exemple suivant montre la conception d’une "définition" au tableau par tout un groupe classe. Un élève écrivait au tableau sous la dictée joyeuse et parfois confuse de ses collègues. Après quelques tâtonnements que le professeur a laissé faire avant de valider la version finale, la définition de ce qu’est une « action » est tout à fait valable. Les termes ont été choisis par les élèves, ce qui permet une compréhension facilitée pour l’ensemble des participants. Cela permet aussi une meilleure fixation mémorielle des savoirs. Certes les termes ne sont pas toujours les plus appropriés, mais dans un enseignement d’exploration, le professeur doit privilégier la pensée de l’élève et ne pas calquer ces propres termes sauf dans des cas absolument nécessaires (pour la désignation d’un concept, par exemple).

 

Un avantage pour le professeur de la pratique d’écrits collectifs, c’est qu’il peut facilement évaluer le niveau de compréhension des élèves pour adapter la suite du « cheminement de découverte ».

4. L’écrit final pour un public
L’écrit final pour un public est un écrit de communication. Le scripteur se sent valorisé si l’écrit est destiné à quelqu’un d’autre que le professeur (qui n’est pas toujours considéré comme un "public"). La relation affective au public de lecteurs est un des éléments à prendre en compte dans le processus cognitif de la production écrite.

Le professeur qui anime sa classe de PFEG par l’utilisation d’un blog (voir l’article de la revue Economie & Management n°142 de janvier 2012, page 49) constate très nettement une certaine motivation chez les élèves. Il pressent que le fait de créer des ressources écrites utiles aux autres en est la cause. Il note également une attention particulière à la norme linguistique par des élèves peu enclins habituellement à le faire.

On peut retrouver ces bienfaits dans toute situation où le professeur demandera des productions de supports écrits pour appuyer des présentations orales : les trop fameux diaporamas usuellement demandés pour tout exposé oral dans un enseignement où l’usage des TICE est encouragé.

Les compétences d’écriture spécifiques pour ces deux derniers exemples ne reposent plus sur le principe de « l’écrit pour apprendre », mais sur celui de l’écrit pour transmettre. Il s’agit là d’écrits pour autrui.

C’est ce qu’auront à faire nos lycéens dans leurs années futures, où on leur demandera souvent de rendre compte d’une recherche documentaire, de rendre compte d’une expérience... C’est ce que beaucoup auront à faire ensuite dans leur vie professionnelle. Toutefois, on observe bien souvent ce défaut pédagogique : l’écrit final de communication est demandé aux élèves, sans qu’il y ait eu de travail en amont sur des écrits intermédiaires (brouillons, réflexifs, constructifs).

L’écrit final peut servir à une mutualisation au sein d’une groupe-classe. En PFEG cette situation se retrouve dans le cadre de pédagogie par « projets » où il est nécessaire de partager des informations. Les élèves doivent alors faire montre de clarté, de concision et de respect des normes de communication. Ils font attention à la qualité de leur rédaction car ils écrivent pour un autre public qu’eux-mêmes et soumettent leur production à l’évaluation de leurs pairs. Encore une fois, ceci n’est possible qu’après un long travail d’appropriation de l’écrit grâce à des écrits « pour soi » auparavant.

Conclusion
La trace écrite en PFEG n’est, finalement, ni plus ni moins que l’outil de travail du cheminement intellectuel dans le cadre de la « démarche de découverte » de l’enseignement d’exploration.

Lien vers l’article source du site "Maîtrise de la langue et des langages" : http://langage.ac-creteil.fr/spip.php?article50

 

Fil twitter de @EcoGestCreteil

  • 25 octobre 2017

    lien interdisciplinaire ce n'est pas être antidisciplinaire, c'est faire communiquer les disciplines.
  • 27 octobre 2017

    lien et #Management n° 165 d'octobre 2017 sur les stratégies de rupture @reseau_canope https:/www.reseau-canope.fr/notice/economie-et-management-n-165-octobre-2017.html …pic.twitter.com/zJY1SsVW03
  • 5 octobre 2017

    lien anciens élèves de la filière #STMG présentent leurs parcours de formation sous forme d'affiches http:/www.crcm-tl.fr/index.php/telecharger-documents/promotion-filiere …pic.twitter.com/LpHtCbKgs7
  • 1er novembre 2017

    lien des femmes dans la publicité télévisée. Etude du @CSA http:/www.csa.fr/Etudes-et-publications/Les-etudes-thematiques-et-les-etudes-d-impact/Les-etudes-du-CSA/Image-des-femmes-dans-la-publicite-televisee-les-decalages-et-stereotypes-persistent …
  • 30 septembre 2017

    lien #EcoGestion, emparez-vous d'urgence des conf sur Innovation et Numérique vitrine inaugurale https:/twitter.com/R_F_G_/status/914008347195604993 … @jphdenis @R_F_G_
0 | 5 | 10 | 15

Fil twitter de @TalentsEcoGesti

  • 21 mars 2017

    lien parcours de Nourhene en informatique; oui une fille en informatique ! Formation @IBM #RPG http:/economie-gestion.ac-creteil.fr/spip.php?article497 … … … #EcoGestion #BTSSIOpic.twitter.com/g7WkRfNDfw
  • 14 novembre 2016

    lien TalentsEcoGestion de J. Macé Vitry, du bac #STMG ou GA au BTS et plus... https:/www.youtube.com/watch?v=U4HOgkh53Ew … @AcCreteilpic.twitter.com/7i9HgCEj27
  • 3 juin 2016

    lien J. lycéenne du lycée Jean Zay (bac #STMG) aux études à l’international http:/economie-gestion.ac-creteil.fr/spip.php?article481 … @accreteilpic.twitter.com/WvMNkBie51
  • 28 janvier 2016

    lien talentueux Ridy N. relate son parcours http:/economie-gestion.ac-creteil.fr/parcours-d-eleves/nos-eleves-ont-du-talent/article/a-la-tete-d-une-start-up-du-bac-stg-gestion-des-systemes-d-information-a … … #EcoGestion #BtsSio #NumeriqueEcoGestionpic.twitter.com/TXvylgVf7P
  • lien de Maurine P. élève de la série STMG, prépa ECT dans l' @accreteil #EcoGestion http:/economie-gestion.ac-creteil.fr/parcours-d-eleves/nos-eleves-ont-du-talent/article/portait-de-maurine-p-lyceeene-au-lycee …pic.twitter.com/i0ZimOYp3O
0 | 5